Tagged under: France ,

Index de l'article

 L'arme

Démontage et remontage sont extrê-mement simples. Après avoir mis en oblique le boîtier de chargeur, une pression sur le verrou d'assemblage permet d'écarter la boîte de culasse de l'ensemble monture-mécanismes pour sortir la culasse et le ressort récupérateur avec sa tige-guide.
Arme très maniable, d'encombrement réduit, elle se loge aisément à l'intérieur des véhicules blindés.
Sa robustesse et sa sécurité de fonctionnement n'appellent pas de critique.

Mais, c'est surtout son système de sûreté qui est remarquable. Les dispositifs de sûreté de la plupart des pistolets mitrailleurs font appel le plus souvent à des systèmes mécaniques n'offrant pas toutes les garanties souhaitables.
Le chargeur étant engagé, un choc violent sur la crosse, peut, sur certains modèles, faire partir un coup. Par ailleurs, le système de sûreté nécessite un geste, préalablement à l'ouverture du feu.
C'est pourquoi, le choix d'une manette de sûreté sur la tranche arrière de la poignée pistolet peut-être considéré comme le système le meilleur. Il assure une sûreté générale excellente et une mise en action immédiate de l'arme.
Arme à culasse non calée, sa cadence de tir théorique est d'environ 600 coups par minute. Cette limitation de cadence a été réalisée par le choix d'une culasse lourde, la longueur de la boîte de culasse étant courte.

Ses parties principales sont les suivantes :
- Le canon d'une longueur de 22 cm, à 4 rayures à gauche ;
- Une boîte de culasse ;
- Un ensemble mobile (culasse et ressort récupérateur);
- Un ensemble monture-mécanismes;
- Des organes de visée (guidon sous tunnel et 2 œilletons à bascule 100 et 200m).

Showcases

Background Image

Header Color

:

Content Color

: